Yves Le Roux, Professeur à l’ENSAIA interviendra à l’Assemblée Générale de NBTECH

Yves Le Roux, Professeur à l’ENSAIA interviendra à l’Assemblée Générale de NBTECH

Compréhension des systèmes alimentaires territoriaux par la méthodologie de l’Ecologie Industrielle et Territoriale 

Vouloir s’attaquer à la question de la dynamique territoriale pose déjà la question de sa définition : Quelles sont les limites du territoire ? Quels en sont les acteurs ? Sur quels enjeux ? Peut-on penser les dynamiques territoriales indépendamment de leurs origines sociales, politiques et historiques ? Comme réponse méthodologique à l’étude de ces dynamiques, le concept d’Ecologie Industrielle et Territoriale (EIT) a émergé assez récemment, il vise à introduire une rupture avec la linéarité et l’externalisation des processus qui caractérisent notre société industrielle (1). La linéarité peut se définir comme la capacité d’un système productif à puiser des ressources dans l’environnement, les transformer et les rejeter dans des formes dégradées non valorisables, la linéarité s’oppose donc à la circularité dans l’usage des ressources. L’externalisation quant à elle, évalue les distances entre l’origine des ressources utilisées par le processus productif et le lieu/territoire d’usage du produit/service issu de ce processus productif. Dans le cadre d’un transition écologique et sociale, re-circulariser et re-territorialiser les processus de production devient un enjeu majeur dans de nombreux domaines. En plus d’une réflexion sur la linéarité et l’externalisation des flux, l’EIT se doit de mettre en lumière l’importance de la gouvernance, concept flou et polysémique. Dans le champ de l’EIT, la gouvernance territoriale peut se définir comme un « processus de coordination d’acteurs, de groupes sociaux et d’institutions en vue d’atteindre des objectifs définis et discutés collectivement (2) ». La dimension consensuelle et co-construite des processus de décision est posée comme un a priori, discutable par ailleurs, au cœur de la gouvernance. Cette gouvernance repose sur des acteurs multiples (publics-privés) dont il est nécessaire d’analyser la diversité des intérêts et les rapports de pouvoir.

Dans ce cadre d’analyse de flux-acteurs-territoire, la question alimentaire est un cas d’école. Un système alimentaire se définit comme « la manière dont les hommes s’organisent dans l’espace et dans le temps pour obtenir et consommer leur nourriture (3) ». Largement dominé par le modèle agro-industriel, le système alimentaire actuel a contribué efficacement à la réduction du coût des aliments et à l’amélioration de leur qualité hygiénique ainsi qu’à leur accessibilité, Cependant ce système alimentaire agro-industriel mondialisé génère un certain nombre d’externalités négatives qui incitent à innover pour construire un nouveau type de système alimentaire plus durable (4). Il est donc question de passer d’un modèle alimentaire très majoritairement linéarisé et externalisé à un modèle alimentaire durable et de proximité. Des travaux récents montrent que l’autonomie alimentaire des métropoles du Grand-Est en prenant en compte leur aire urbaine ne dépasse pas 1 à 3% (5).  L’objectif de l’intervention est de décrire plusieurs systèmes alimentaires (en particulier l’approvisionnement alimentaire de la restauration collective publique) et d’analyser dans quelle mesure et sous quelles conditions, il est possible de proposer pour la restauration collective des systèmes alimentaires durables et de proximité. Au cœur de notre analyse, il sera question de flux de matières, de bilan carbone, de prix de marché et partage de la valeur ajoutée, de qualité des produits, d’accessibilité pour le plus grand nombre mais aussi de la logique des acteurs via la compréhension de leur pouvoir (légal, réglementaire, économique) leur légitimité (reconnaissance) et leur intérêt (privé, général, commun).

 

Yves Le Roux,

Novembre 2019, ENSAIA-Université de Lorraine, contact yves.leroux@univ-lorraine.fr

 

Références bibliographiques

  • Barles S., Métabolisme urbain, trajectoire socio écologique et hinterland, XIXe XXIe siècles » Montpellier, École chercheurs Systèmes alimentaires et villes, 21 janvier 2019
  • Le Galès P. « Gouvernance » in Boussaguet L., Jacquot S. et Ravinet P. (dir), Dictionnaire des politiques publiques, Paris, Les presses de Sciences Po, p. 244-251, 2006
  • MALASSIS, Nourrir les hommes : Un exposé pour comprendre, un essai pour réfléchir, Paris, Flammarion, 1993
  • -L. RASTOIN et G. GHERSI, Le système alimentaire mondial : concepts et méthodes, analyses et dynamiques, Éditions Quæ, 565 p., 2010.
  • Utopies, « Autonomie Alimentaire des villes. État des lieux et enjeux pour la filière Agro-Alimentaire Française. Note de position » 12 mai 2017.

Autres actualités

Voir toutes les actualités

Newsletter

Pour ne rien manquer de l’actualité de NBTECH et du Technopôle Nancy Henri POINCARÉ

Info trafic

Vision, en temps réel, du trafic routier

Voir le trafic

PDIE Technopôle Nancy-Braboi

Partenaire

Exco

Agenda